5 conseils pour passer à la mobilité vélo

Faire du vélo en milieu urbain est à la fois évident et d’une facilité dérangeante. Cependant, aux yeux de beaucoup, vous êtes, au mieux, un héros moderne confronté à des milliers de dangers dans la jungle automobile, ou, au pire, un homme éclairé qui aime risquer sa peau et dont les fesses sont fermement attachées sur une selle.

Allez-y progressivement et ralentissez

Ce conseil peut sembler évident, mais il ne faut évidemment pas s’attendre à devenir ce qu’on appelle un vélo 4 saisons ! Profitez-en !

Avez-vous récemment suivi un cours de sport au collège ? Depuis votre chenille le soir du Nouvel An le 31, vous n’avez pas encore fait autant d’efforts physiques ? Alors, ralentissez et passez du temps sur vos premiers trajets. Si vous ajustez le rythme en fonction de vos capacités, vous pouvez éviter de transpirer lorsque vous allez travailler. Le cyclisme n’est pas un sport, c’est une activité physique.

D’abord, tous vos muscles vous appelleront des commandes, y compris votre cœur ! Mais ne paniquez pas, ils s’y habitueront. Au fur et à mesure de votre progression, votre voyage à vélo deviendra de plus en plus facile.

Calculez l’itinéraire et choisissez le bon vélo

Ne faites pas de vélo le matin pour aller travailler ! Ou calculez large !

Le meilleur moyen est de découvrir votre itinéraire le week-end ou les jours fériés.

Découvrez quel parcours vous fournira la meilleure infrastructure cyclable sûre. Le meilleur itinéraire n’est pas forcément le plus court, mais celui qui vous permettra de vous sentir le plus à l’aise, veuillez donc le tester plusieurs fois et le garder à votre meilleur. Si vous le pouvez, pensez à être «guidé» par un cycliste urbain expérimenté.

Pour débuter la mobilité vélo, il y a beaucoup de choses à faire, à commencer par… un vélo ! C’est mieux. Et comme on dit souvent, il n’y a pas de vélo de ville parfait, mais une grande variété de vélos en fonction de vos envies, vos aspirations, vos besoins.

Bien sûr, le meilleur conseil en matière de budgétisation est de ne pas lésiner. Un mauvais vélo est la meilleure façon d’abandonner tout de suite. C’est alors un poste de dépense considérable. Si vous en profitez, il n’y a pas de problème, mais dans ce cas, demandez l’aide d’un cycliste expérimenté (vêtements, taille, dispositifs de sécurité …).

Face à la croissance de la mobilité vélo en ville, quelles formations et règles instaurer pour les cyclistes ?

Gonflez les pneus

Cela peut paraître évident, mais plusieurs vélos ont des pneus presque usés ! Les pneus sont le lien entre vous et l’asphalte et doivent donc faire l’objet d’une attention particulière.

Lorsqu’ils sont sous-gonflés, ils peuvent causer de l’inconfort, ralentir la vitesse du cadre et s’user prématurément. S’ils sont trop gonflés, ils perdront leur adhérence et se transperceront plus facilement. Par conséquent, assurez-vous qu’ils sont à la pression maximale correcte (cela est toujours indiqué par les flancs des pneus).

Il importe de savoir que la plupart des coronapistes sont équilibrées en vue de favoriser la mobilité vélo.

Quitter la version mobile